Facebook Twitter Instagram YouTube

Nouvelle rubrique : Trésor Déglutis

Et hop ! Une nouvelle rubrique pour les supporters du Nemcoshow que vous êtes (de plus en plus nombreux). Malgré la période estivale souvent creuse, un peu plus de 7500 visiteurs uniques se sont rassemblés derrière nos lignes (éditoriales bien sûr).

Dans cette rubrique : « Trésors Déglutis » nous vous parlerons des objets qui font trembler, claquer des dents, transpirer. De ces trouvailles qui font que vous vous faites pipi dessus direct et vous fontt oublier votre prénom, celui de votre chien ainsi que celui de votre grand mère maternelle ce qui est moins grave puisque pour vous elle s’est toujours appelée mamie Pitou depuis qu’elle a acheté son caniche abricot dont l’intelligence frise celle d’un œuf à la coque et qui se prénomme fort affectueusement Pitou.

En bref, je vais vous parler d’une brocante et d’un objet en particulier.

Il n’est pas spécialement très tôt ce matin là. Nous sommes dimanche et l’une des principales brocantes de région parisienne bat son plein. Comme d’hab’ c’est plein à craquer tant du côté exposant que visiteur. La brocante est grande, ce qui explique l’heure. Faut bien la commencer par un côté ou alors avoir le don d’ubiquité.

Un stand vraiment particulier : moyenne d’âge 70 ans. Deux personnages (le mari et son épouse) bien sympathiques. Ils tenaient une boutique de jouets à Paris puis une boutique spécialisée dans le modélisme ferroviaire. Et là paf ! Ils refourguent tout le stock (la boutique malheureusement ne compta pas de successeur comme trop souvent hélas.)

Manpac est le premier sur les lieux, il choppe des trousses Mario encore sous blister et me les tends. Un regard circulaire et il tombe tel l’épagneul en arrêt devant un jeu Vidéopac. La cartouche spéciale avec jeu de plateau « La Conquête du Monde » encore sous emballage et le prix dessus en franc (une tuerie).

Mais tout prêt de leur camionnette louée pour l’occasion : un carton avec je le devine, le nom de Nintendo écrit au marquer indélébile.

Fébrilement j’écarte légèrement le carton, j’aperçois un Zapper NES et un pad. Je fouille d’avantage.

Il est là, balaise, flamboyant, épouschroumpfant n’ayons pas peur des mots.

Un bon sang de M82. La machine qui permettait lors de la sortie de la Nes en France de s’essayer à différents titres de la machine de Big N en grande surface ou dans les boutiques de jouets.

Manpac et les propriétaires de la machine évoquent leurs souvenirs respectifs d’un côté du comptoir et de l’autre. L’ambiance est bonne. Le prix n’est pas riquiqui mais enfin la machine est superbe. Parfaitement conservée.

Mais dans la vie il y a toujours un hic. Le genre qui fait ravaler une chique. Vous file un choc. C’est chaque fois pareil.

Nous sommes en fin de brocante, Manpac n’a plus assez de liquidité. Qu’à cela ne tienne il y a un automate à biftons non loin. Je reste sur le stand et il s’en va faire le plein de fifrelins.

Il revient dépité. Le distributeur a les entrailles vides. Que faire. Des oiseux de mauvais augures commencent à virevolter au dessus d’une proie trop rare.

Mais comme tout fini bien, le monsieur et Manpac s’entendent et se donnent rendez-vous pour plus tard (rendez-vous qui sera remis de nombreuses fois car l’épouse du monsieur est très malade mais heureusement va se remettre).

Je suis devenu l’heureux possesseur d’un M82 flambant neuf. Je me limite volontairement le temps de jeu (l’appareil dispose d’un minuteur allant de 30 secondes à 128 minutes pour ne pas user trop la machine.)

C’était mon trésor dégluti (et je vous expliquerai plus tard pourquoi « dégluti »)

A bientôt les z’amis.

Votre Nemco

Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :