Facebook Twitter Instagram YouTube

Un Dimanche En Société

Comme tous les dimanches, je ressors mes jeux de société basés sur des licences de jeux vidéo. Cette fois c’est Parker Brother qui s’y colle avec l’adaptation du célébrissime Q-BERT. Ce drôle de petit bonhomme orange dépourvu de bras (il n’aura donc pas de chocolat) mais affublé d’une trompe qui rendrait jaloux n’importe quel éléphant d’Afrique ou d’Asie.

Le jeu date de 1983, fabriqué et diffusé en France par Miro Méccano. Un packaging coloré à souhait comme il sied à cette époque. Un plateau et des pions de bonnes qualités et un œil exercé pour le repérer en brocante sous une pile de revues sans intérêt.

IMGP9423.JPG

Le jeu se joue à deux joueurs à partir de 7 ans (jusqu’à 77 ?). On tire au sort celui qui prend Q-Bert et le pauvre type qui se tapera le rôle du méchant (vous verrez que justice saura vite réparer le fruit du hasard).

Le but du jeu lorsqu’on incarne Q-Bert est de ramasser un maximum de petits pions blancs, le petit bonhomme orange pas encore mécanique avance à coup de dé. Le but du méchant est de coincer Q-Bert le plus rapidement possible. Pour ça, le méchant est bougrement bien équipé. Pas moins de six personnages peuvent causer des misères au pauvre Q-Bert déjà pas trop gâté par dame nature. Tous ont leurs particularités et c’est ça qui fait le charme de ce jeu.

Un peu comme les échecs dont les pièces principales se déplacent de manières différentes, les méchants, (contrairement à Q-Bert qui lui se déplace dans toutes les directions), ne sont pas libres de leurs mouvements. Certains ne se déplace que latéralement, d’autres du Haut vers le bas ou encore sur une seule et même couleur de case.

IMGP9425.JPG

Il va falloir à Q-Bert pas mal de réussite pour ne pas se faire encercler par les 6 méchants. La partie prend fin lorsque Q-Bert est capturé (ce qui lui arrive fatalement à moins que ô miracle il récupère tous les pions et là, la partie s’arrête sur le High score max). En cas de capture, on compte alors le nombre de pions ramassés et les rôles s’inversent. Les méchants deviennent le gentil et le gentil les méchants.

A la fin, celui qui a ramassé le plus de pion avec son Q-Bert est le grand gagnant de ce jeu de société presque aussi sympa que le jeu vidéo (que personnellement j’adore).

A bientôt les z’amis pour un nouveau dimanche en société.

Votre Nemco.

Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :